Rechercher
  • Sandrine Haramboure

Comment réagir face à une maladie grave?

Mis à jour : 23 nov. 2020





Nous avons une connaissance assez pointue du corps humain, de son fonctionnement, et de ses dysfonctionnements.

Après avoir soigné pendant de longues années en tant qu'infirmière toutes sortes de maladies, m'est apparue la question du pourquoi tant de souffrances, pourquoi traverser autant de difficultés, pourquoi la maladie intervient sans prévenir au point de tout faire basculer dans la vie "ordinaire" de familles "ordinaires"?

Toutes ces questions petit à petit ne m'ont plus quittées, jusqu'au jour où il m'est apparu nécessaire de quitter le monde hospitalier et d'aller chercher l'origine de toutes ces maladies, de toutes ces souffrances.


Passionnée par la beauté du corps humain, plusieurs portes se sont alors présentées, et notamment celle du symbolisme et du décodage biologique. Cette voie m'a permis de replacer la part importante de notre système de pensée, et ainsi de commencer à voir puis à sentir les liens entre notre corps et notre esprit, ou comment l'un intervient pour l'autre et vice-versa.

Peut-on vraiment réduire une maladie à un simple dysfonctionnement organique ? Et si oui, pourquoi à un moment donné, tel organe décide de ne plus répondre à son programme d'origine ?


Après de nombreuses années de recherches, la réponse est NON. Je ne peux plus réduire ainsi la maladie à ce simple dysfonctionnement sans la relier à la personne concernée.

En plus du travail psychologique qui aide les personnes à vivre toutes ces perturbations tant sur les plans familial, physique, individuel, il apparaît nécessaire de se questionner sur le Sens que proposent tous ces évènements dans notre vie, et ce quelque soit leur gravité.

En parlant du Sens, cela nous amène à la question de la Spiritualité. Loin de nous l’idée d’une religion quelconque, je parle ici de la spiritualité dans le sens premier du mot, mettre du Sens.

L’homme a plusieurs dimensions, une physique, mentale, émotionnelle et une spirituelle.

Quand je parle d’accompagnement, il est évident que je ne peux pas les dissocier, sans quoi je ne prendrais pas la personne dans sa globalité.

La médecine dite conventionnelle, avec son lot de traitements, apparaît alors comme étant celle qui s’occupe de la strate physique. La prise en charge concerne les symptômes physiques, s’occupe des douleurs afin d’essayer de les réduire par exemple.

La dimension mentale et émotionnelle peut être accompagnée par un travail psychologique, qui permet ainsi de déposer ses émotions, ses craintes, ses peurs etc…


Quant à la strate spirituelle, c’est celle-ci que j’ai découvert lors de ma pratique infirmière, et que je n’ai de cesse de cultiver, personnellement d’abord puis au travers de mes consultations.

Avec des pathologies comme un cancer, ce qui est réveillé en nous est la Vie. Quoi de plus normal quand celle-ci apparaît comme menacée.

Notre société avec son mode de fonctionnement nous a petit à petit éloignés de notre vie « limitée », puisque nous sommes tous mortels. Voilà la subtilité de ces maladies… nous ramener à une vie vivante, riche intérieurement.

Mais qu’est-ce qu’une vie riche et vivante ?

C’est cela que je propose aujourd’hui aux personnes que j’accompagne.

Par la parole, en observant leurs comportements inconscients, leurs réactions spontanées, en prenant conscience de leurs fonctionnements enfouis, inconscients mais très opérants, les personnes alors sont amenées à se questionner sur le sens de leurs actions, le sens qu’elles veulent donner à leur vie, et ce concrètement dans tous les domaines. L’observation puis l’acceptation sont indispensables pour se réconcilier avec leur corps et leur être profond.

Nos personnalités n’existent que par le retour de notre entourage extérieur, et nous n’avons de cesse de le satisfaire, allant bien des fois à l’encontre de nos propres valeurs pour ne pas perdre ces liens. Et notre corps, gardien du temple, par la maladie vient nous signifier cet écart grandissant, nous invitant ainsi à se regarder et s’accueillir bienveillamment et à revenir tranquillement vers soi.

Plus d’harmonie avec soi crée forcément plus d’harmonie avec les autres… !

Ce travail est ainsi une vraie rencontre avec soi-même...





113 vues0 commentaire